VOS QUESTIONS

Quels sont les principes du Ju Jitsu ?

Le Ju Jitsu est un art martial de self défense qui regroupe les coups frappés, les clés articulaires, les projections & les amenés au sol, les étranglements et enfin le combat au sol. Signifiant « Techniques de la souplesse », l’approche du ju jitsu est plutôt basée sur l’esquive et une certaine absorption de la force de l’adversaire, afin de profiter du déséquilibre ou des opportunités créés par le déplacement. Mais il est également possible de créer ces opportunités en étant offensif : les coups frappés sont alors, entre autres, utilisés.

En bref, le ju jitsu ne suit pas une doctrine établie : la souplesse recommandée est aussi bien physique que mentale, par la recherche d’opportunités et de solutions, même si celles-ci doivent être, pour un temps, pro-actives.

Qui peut pratiquer le Ju Jitsu ?

A partir de 16 ans, tout le monde peut pratiquer le Ju Jitsu au JU JITSU PARIS 16 : garçons, filles, hommes, femmes. Il n’est pas nécessaire d’avoir une expérience des arts martiaux pour débuter.

NB : un certificat médical d’aptitude « à la pratique du Ju Jitsu et des sports de combat » vous sera demandé lors de votre inscription définitive.

Est-il nécessaire d'être fort physiquement pour pratiquer le Ju Jitsu ?

Le Ju Jitsu (« Technique de la souplesse » en Japonais) privilégie, par principe, la force de l’adversaire. Les techniques privilégient l’anticipation, l’esquive et le déséquilibre et ne nécessitent pas particulièrement de force physique. Les qualités requises sont plutôt la vivacité et la tonicité que la force pure. Ces qualités s’acquièrent avec la pratique.

Est-il nécessaire d'être souple pour pratiquer le Ju Jitsu ?

La réalité de la self-défense nous amène à privilégier les techniques simples et immédiatement applicables. La souplesse n’est donc pas essentielle. Les coups portés avec les jambes dépassent rarement le niveau de la taille du partenaire. La souplesse est donc un plus naturel, en ce qu’elle limite les risques de traumatisme musculaire (de type élongation, claquage, …), et non une obligation. Là encore, la souplesse s’acquiert avec la pratique.

Peut-on commencer le Ju Jitsu n'importe quand dans l'année ?

Oui, on peut commencer à pratiquer à n’importe quelle période de l’année. Les cours, rassemblant les  pratiquants de tous niveaux vous permettront de trouver toujours à la fois des pratiquants de votre niveau avec qui mesurer votre progression & des pratiquants plus gradés pour vous conseiller.

Peut-on participer à un cours d'essai ?

Oui, c’est même recommandé avant de s’inscrire. Le cours d’essai est gratuit (lundi, jeudi, vendredi ou samedi, voir notre rubrique Horaires).
Munissez-vous d’une tenue de sport de type short / T-shirt ou jogging / sweat-shirt (en fonction de la saison), d’une bouteille d’eau pour vous hydrater et si vous le désirez d’un nécessaire de toilette (douches disponibles dans les vestiaires).

De quel équipement a-t-on besoin pour pratiquer le Ju Jitsu?

L’équipement nécessaire est le suivant : un kimono de Judo, une ceinture selon votre grade & une paire de gants de boxe 12 Oz. (boxe française ou kick boxing). Le port d’autres équipements de protection (protège-tibia, protège-dents, coquille) est laissé à l’appréciation de chacun.

A quelle fréquence dois-je m'entraîner pour progresser ?

L’élément le plus important de l’entraînement est la régularité. Mieux vaut commencer doucement, en fonction de sa forme physique, plutôt que d’accumuler les heures sur le tatami, puis de ne plus venir pour cause de fatigue ou de courbatures.
Pour débuter, un cours par semaine est un bon objectif. Pour progresser plus rapidement, il est conseillé de faire au minimum deux cours par semaine. Ceux qui souhaiteront s’investir & progresser plus rapidement encore pourront envisager trois cours hebdomadaires & plus.

J'ai déjà pratiqué le ju jitsu/ un autre art martial, puis je conserver ma ceinture de couleur ?

En principe nous autorisons les élèves ayant déjà pratiqué à conserver leur  grade de couleur, surtout s’ils ont pratiqué un art martial similaire : ju jitsu, judo, taï jitsu, certains karate. Pour d’autres arts plus éloignés, pour les sports de combat ayant des panels techniques moins étendus, ou pour des personnes n’ayant pas pratiqué depuis longtemps, il vous sera attribué une ceinture de couleur en fonction de l’adaptation de votre niveau aux compétences requises en ju jitsu.

Quelle est l'histoire et la définition du ju-jitsu ?

La connaissance de cet art martial reste encore assez superficielle.

Pendant très longtemps on le présentait comme étant l’origine du Judo, de l’Aïkido et du Karaté do. Chacun des fondateurs de ces styles se serait en quelque sorte « spécialisé »: dans les projections ou luxations pour les uns, dans les frappes pour les autres. Ce n’est ni tout à fait faux, ni tout à fait vrai.
Le judo : crée par Jigoro KANO, il est une voie martiale utilisant les projections, les contrôles au sol, les luxations et étranglements. Le fondateur a étudié plusieurs écoles de Ju jutsu traditionnelles dont la Kito ryu au sein de laquelle il découvrit l’efficacité des projections.
Mais mis à part dans les katas, toutes les techniques dangereuses ou mortelles du ju jitsu ont été supprimés dans le Judo. Deux raison à cela :
– le judo est né dans une époque où le vieux ju jutsu des samouraïs était plutôt mal considéré car trop brutal et désuet,
– le judo dès son origine prit une orientation vers l’éducation physique et sportive à but compétitif, ce qui nécessita des règles strictes afin de préserver l’intégrité physique des combattants.
L’aïkido : crée par Morihei UESHIBA, il est issu de l’aiki jutsu, technique  apparue à l’époque Heian et utilisé par les écoles Daïto et Takeda ryu. Son fondateur donna  une orientation physique et spirituelle, limite ésotérique à son art martial, basé principalement sur les clés et luxations articulaire.
Le karaté do : apparu au Japon en 1922 grâce à Gichin FUNAKOSHI qui développa son propre style, le Shoto kan. Le karaté est en réalité né et s’est développé dans l’île d’Okinawa. Cet art martial uniquement civil a été en grande partie importé de Chine. Les Îliens pratiquaient le té (prononcer ti) puis le todé (la main de Chine),  s’écrivant avec des idéogrammes pouvant également être lu karaté pour une même traduction.

Gichin Funakoshi, en arrivant sur l’île principale du Japon (Honshu) dut adapter son art à la demande de l’époque, c’est à dire en faire une éducation physique éloignée de toutes idées guerrières. S’il changea la lecture du nom c’est afin de ne pas vexer les dirigeants Japonais opposés à la Chine (« main de Chine » devint « main vide »).
La différence essentielle entre le Ju jutsu et le Kara té, réside dans le fait que le Ju jutsu est un art guerrier né sur les champs de bataille, il n’était utilisé qu’en dernier recours au corps à corps lorsque l’utilisation des armes longues n’était plus permise. C’est une technique complémentaire aux armes. Le Karaté c’est l’inverse, il s’agit d’une self défense civile, les armes (celles du Ko Budo) viennent en complément. L’arme principale c’est le corps.
Le ju jutsu est donc définit, dès son origine, comme étant un style de combat sans armes. Les combattants sur les champs de bataille n’avaient pas toujours la possibilité d’utiliser leurs armes soit parce que celles-ci étaient tombées, brisées ou inaccessibles ou bien encore inutilisables car trop longues comme la lance et la hallebarde. Il était donc nécessaire de combattre au corps à corps sans armes, mais dès que l’un des guerriers avait la possibilité d’utiliser la dague ou prendre une arme quelconque, il le faisait sans hésiter. Le ju jutsu était donc le complément des armes et faisait partie du programme technique de certaines écoles d’armes.
La définition la plus juste du ju jutsu serait donc celle-ci : méthode de combat au corps à corps ou à mi-distance, debout et au sol, contre des individus armés ou non pour les neutraliser. Le corps dans son ensemble est considéré comme une arme pour projeter, luxer, étrangler, pincer, presser, tordre, mordre, griffer, frapper…  L’utilisation d’armes courtes (wakizashi, couteaux…) ou d’armes improvisées (qui ne sont pas des armes par destination….) étant possible.


Warning: require_once(/homepages/5/d141298455/htdocs/app145305458/wp-content/themes/Divi_jujistu/footer.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/5/d141298455/htdocs/app145305458/wp-includes/template.php on line 688

Fatal error: require_once(): Failed opening required '/homepages/5/d141298455/htdocs/app145305458/wp-content/themes/Divi_jujistu/footer.php' (include_path='.:/usr/lib/php5.6') in /homepages/5/d141298455/htdocs/app145305458/wp-includes/template.php on line 688